Politiques du sensible

Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie Contemporaine
Laboratoire d’Anthropologie des Institutions et des Organisations Sociales
LAIOS

Séminaire 2008-2009

15 Janvier 2009
Coordination : Marc ABELES et Henri-Pierre JEUDY
L’approche anthropologique des formes sensibles de la vie sociale et politique, loin de toute exaltation d’un « vivre ensemble », interroge ce qui constitue un partage possible du sensible. Dans un monde dominé par le pouvoir de la réflexivité gestionnaire, que deviennent les passions, les émotions, les sentiments ? Si les émotions collectives font l’objet d’une gestion des pouvoirs religieux et politique, comment échappent-elles à l’organisation de leur manifestation ? On sait trop combien les pouvoirs totalitaires ont eu recours à une ordonnance esthétique des émotions collectives pour donner une cohérence visionnaire à l’état d’exception qui les caractérise. Désormais, ce sont les « bons sentiments » qui animent le devant de la scène : grâce aux médias, l’humanitarisme sentimental est devenu l’exercice collectif d’une compassion universelle. Les sociétés contemporaines se mesurent-elles au risque d’une esthétisation universelle des formes sensibles de la vie sociale et politique ? Il est difficile de parler des passions politiques quand ne cesse jamais d’être annoncée la fin du politique, quand triomphe un sentimentalisme œcuménique fondé sur l’exhibition de l’intimité.
Jeudi 15 janvier, 14 h30-16 h30 – salle 015 – 54, bd Raspail
Paolo Fabbri (Professeur à l’Université de Venise)
Recrudescences : la manipulation des intensités
Renseignements
LAIOS : 01.49.54.21.98 – laios@msh-paris.fr

Print Friendly, PDF & Email

Potrebbe piacerti anche

Lascia un commento